Eengeo - une chornique au naturel

18 avril 2019

Barcelone et l'Etat d'efficacité

La France meurt peu à peu. Cela dit, ce phénomène n'est pas exclusif à la France : l'on assiste à un déclin simiaire dans la plupart des pays développés suivent le même chemin. Lors d'un colloque à Barcelone, j'ai eu l'occasion d'en discuter avec certains collègues, et pas mal de personnes s'accordaient sur la source du problème : les pouvoirs publics. Depuis longtemps déjà, ceux-ci se sont auto-convaincus d’être mieux placés que les citoyens pour savoir de quelle manière l'argent devait être placé l'argent. C’est pour cette raison qu'ils gaspillent l'argent du contribuable sans le moindre contrôle en prétendant déterminer quels seront les industries d'avenir. La hausse des dépenses publiques occidentales est d’ailleurs frappante. Cette poussée montre que les gouvernements prennent un pouvoir de décision toujours grandissante, quitte à porter atteinte à la souveraineté des citoyens et fabricants. A preuve, pour chaque 100 euros dépensés dans notre pays, les autorités en dépensent plus de 50%. Il faut savoir qu'dans les années soixante, ce pourcentage s’élevait 30% ! Cette progression renforcée des dépenses publiques atteste un vibrant témoignage de la suspicion qu'ont les élus à l'égard du citoyen et du libre marché. C'est le manque de confiance qui pousse nos dirigeants à décider à quoi doit être employé la majorité des dépenses. Toutefois, l'on s'aperçoit que cette politique est de plus en plus contre-performante. Malgré l'expansion l'évidente progression du pouvoir d'influence des autorités, notre productivité n’a au contraire cessé de faiblir. Il est prodigieux de relever comment l'augmentation des dépenses publiques précède un ralentissement de notre potentiel d’innovation. Ce lien de cause à effet n'est pas l'oeuvre du hasard. En voulant occuper une place de plus en plus important au sein du marché, les élus mettent en réalité le meilleur outil pour engendrer de la richesse. J'ai en tout cas plutôt apprécié ce colloque à Barcelone. L'organisation était très carrée, ce qui nous a permis de nous concentrer sur les séances de travail. Je vous mets en lien l'agence qui s'en est occupée, si vous voulez mettre en oeuvre un événement . Je vous laisse le lien vers le site spécialiste de cet incentive à Barcelone

Posté par eengeo à 09:33 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 avril 2019

Les jusqu’au boutistes

Ce lundi matin, les « gilets jaunes » ont bloqué de nombreux points d’entrées de l'agglomération bordelaise, provoquant d’importants bouchons. - Ils expliquent qu’ils se mobilisent non seulement pour protester contre la baisse de leur pouvoir d’achat mais aussi d’importantes injustices sociales. - Ils envisagent d’élargir leurs actions à d’autres endroits stratégiques du territoire et comptent sur un système de relais pour faire perdurer la mobilisation. Bravant le froid, ils sont quelques dizaines de « gilets jaunes » ce lundi matin à bloquer une des voies du pont François Mitterrand à Bordeaux, dans le prolongement du mouvement du 17 novembre. Ils étaient jusqu’à 80 dimanche soir et lundi matin, leur barrage a provoqué 13 kilomètres de bouchons, jusqu’à Mérignac. Quelques bouteilles de jus de fruits et des parts de tartes installées sur le bord d’une glissière font office de petit-déjeuner improvisé pour les manifestants, souvent salués à coups de klaxons par des routiers et des automobilistes sympathisants du mouvement. « On a accepté de lever le blocage sur une voie ce matin, à la demande des policiers, pour laisser passer les véhicules d’urgence, explique un « gilet jaune » de 21 ans qui préfère rester anonyme. On veut se mobiliser dans le respect des personnes ». #19novembre Les forces de l'ordre sont intervenues sur le #PontAquitaine. Les agents de la DIRA ont commencé les opérations de nettoyage de la chaussée dans le sens Paris-Bordeaux suite aux nombreux dégâts causés. Evacuation du pont d’Aquitaine La tension a été plus forte à d'autres endroits comme sur le pont d’Aquitaine. Les forces de l’ordre y ont évacué les manifestants ce lundi matin et annoncent des dégradations matérielles. Au péage de Virsac sur l’A10 sur lequel plusieurs milliers de « gilets jaunes » se sont rassemblés samedi, le blocage a aussi été levé par les policiers et la préfecture annonce que des travaux vont devoir être réalisés entre les échangeurs 38 et 39 a, avant une réouverture. « Malheureusement, on ne fait pas d’omelette sans casser des œufs, commente un manifestant de 21 ans, commerçant et ancien militaire. Il faut aussi rappeler qu’il y a eu des coups de flashball des agents. Je suis contre les dégradations matérielles, bien sûr, et on veut continuer sans faire de dégâts. » Des injustices sociales Sur le point de blocage situé peu avant le pont François Mitterrand, l’ambiance est calme et détendue. Célia, 21 ans, et Clémence, 26 ans, ne sont pas des habituées des manifestations et sont rassérénées par l’ampleur de la mobilisation engagée samedi. « Je ne pensais pas que ce serait suivi à ce point, cela donne du courage », estime Clémence, maman de deux enfants qui vit avec 900 euros par mois. La hausse du prix du carburant n’est qu’un déclencheur du mouvement qui traduit un ras-le-bol plus général. « On est écrasés par les taxes, et après le 5 du mois, on survit plus qu’autre chose », raconte-t-elle. « Moi je suis en logement social et ma taxe d’habitation est de 500 euros contre 380 l’an dernier », ajoute Célia. « Ils augmentent tout alors, ce n’est pas parce que la taxe d’habitation va baisser de 20 euros que cela va changer grand-chose, déplore Clémence. Ils veulent même augmenter la cantine scolaire. » Ces citoyens décrivent une dégradation générale de leur niveau de vie. « Avant l’euro, avec 10.000 francs on vivait bien. Maintenant, avec 1.500 euros, on crève la dalle », se souvient David, fonctionnaire de 45 ans. Beaucoup sont préoccupés par la réforme des retraites. « J’ai envie d’avoir une retraite, lance le jeune « gilet jaune » de 21 ans, et l’âge de départ ne fait que reculer ». Ils partagent le sentiment d’injustices sociales criantes. « On demande un emploi, du personnel dans les hôpitaux, les maisons de retraite, que les politiques révisent les salaires des plus riches et les leurs », lance Florence, 45 ans, au RSA. L'argument écologique invoqué par le gouvernement ne leur paraît pas audible. « L’argument de l’augmentation des matières première, il a bon dos, s’agace David. Pour moins utiliser sa voiture, il faudrait trouver du travail près de son domicile. Il y a des personnes qui font 100 bornes par jour pour toucher le SMIC ». Pour que la mobilisation continue, alors qu’ils sont conscients que le gouvernement mise sur un épuisement progressif du mouvement, ils comptent sur une organisation en relais des « gilets jaunes », sur des points stratégiques du territoire. Au-delà des axes de circulation, ils réfléchissent à bloquer des centres économiques. « On va continuer jusqu’à avoir gain de cause », promet Clémence.

Posté par eengeo à 08:41 - Commentaires [0] - Permalien [#]

18 février 2019

Camargue, les leçons des athéniens

Il serait juste, Athéniens, d’appeler devant vous les hommes qui ont fait ces promesses ce qui vous a amené à conclure la paix; pour ni aurais-je entrepris la Je suis convaincu que l’ambassade ne vous aurait pas non plus déposé les armes, si cela avait été le cas. soupçonnait que Philippe aurait agi ainsi lorsqu'il aurait obtenu la paix. Non: le Les assurances qu'il a ensuite données étaient bien différentes des actions présentes. Il y a les autres doivent également être convoqués. Qui sont ils? Les hommes qui, à mon retour de la deuxième ambassade (envoyée pour la ratification du traité), quand j’ai vu l’état abusé, et vous a averti de votre danger, et a témoigné la vérité, et opposé à tout mon pouvoir les Thermopyles abandonnés et Phocis - les hommes, dis-je, qui alors crié que moi, le buveur d'eau, j'étais morose et maussade; mais que Philip, si prêt à passer, agirait agréablement à vos désirs; fortifierait Thespia et Platée; restreindre l'insolence de Thèbes; couper à travers le Chersonèse à son propre dépenses, et vous abandonner l’Eubée et Oropus, en tant qu’équivalent d’Amphipolis. Que tout cela ait été affirmé positivement, vous ne pouvez pas, j'en suis sûr, oublier, mais pas à nouveau. marquable pour se souvenir de blessures. Et, pour compléter la disgrâce, vous avez gagé votre postérité au même traité, en pleine dépendance de ces promesses; alors entièrement avez-vous été séduit. Et maintenant, dans quel but est-ce que je le mentionne? et pourquoi est-ce que je désire que ces hommes devraient apparaître? J'appelle les dieux à témoigner, que sans la moindre évasion je vais déclarer hardiment la vérité! Non pas que, en éclater en invectives, je puisse exposer mes- à un traitement similaire et, une fois de plus, donner à mes anciens ennemis une occasion de recevoir l’or de Philippe; ni encore que je puisse me permettre une impertinente vanité de harangu- ing; mais je crains que le moment ne soit venu où les actions de Philip vous donneront plus plus préoccupant qu’à présent. Je vois que ses dessins sont en train de mûrir. Je souhaite mes appréhensions peut ne pas s'avérer juste; mais je crains que le temps ne soit pas loin. Et quand ce ne sera plus en votre pouvoir de ne pas tenir compte des événements; lorsque ni les miens ni les informations d'une autre personne mation, mais votre propre connaissance, vos propres sens vous assureront de l'imminence En cas de danger, votre ressentiment le plus grave éclatera-t-il. Et comme votre ambas- les sadors ont caché certaines choses, influencés (comme ils sont eux-mêmes scious) par la corruption, je crains que ceux qui s'efforcent de restaurer ce que ces hommes ont ruiné peut sentir le poids de votre mécontentement; car il y en a, je trouve, qui généralement leur colère, non pas sur les objets méritants, mais sur ceux qui sont les plus immédiats. ately à leur merci. Pour en savoir plus, je vous recommande la lecture du blog sur ce séminaire incentive en Camargue qui est très bien fait sur ce thème.

Posté par eengeo à 12:21 - Commentaires [0] - Permalien [#]

01 février 2019

Quelle gauche ?

Comme il le dit lui-même, l’histoire officielle de Jésus ressemble furieusement à la cristallisation d’un grand nombre de mythes païens, mais on peut aussi y voir une marque d’authenticité, à l’image de C.S. Lewis qui croyait au Christ justement en raison des parallèles qu’il voyait entre sa vie et les mythes scandinaves. Et je ne cesse d’être frappé par la proximité entre l’idéal de justice sociale de Michel Onfray et celui d’un autre grand catholique anglais, Chesterton. Dommage que nous ne puissions pas les écouter débattre, je gage que tous deux partageraient nombre de colères et d’enthousiasmes, et qu’une telle rencontre serait d’une richesse formidable ! Bien sûr aussi, son athéisme a ceci d’exaspérant qu’il s’est construit uniquement en opposition aux trois religions dites « abrahamiques », dans leur composante spécifiquement monothéiste et dogmatique, et qu’il oublie qu’il y a de nombreuses autres théologies possibles. Ce n’est pas parce que les Aztèques offraient des sacrifices humains abominables à Huitzilopochtli qu’il faudrait en conclure que Hélios ou Amaterasu seraient des monstres sous prétexte que leurs fidèles respectifs les associent tous au Soleil ! On le constate même parfois de manière étonnante, pour ne pas dire incongrue, ne serait-ce que dans le domaine artistique grand public. Plus critiquable à mon sens est sa position en matière de politique étrangère. Il n’empêche. A ONPC - et ce n’est pas la première fois - Michel Onfray a été l’honneur de la gauche française. Il a incarné une gauche qui respecte le peuple et veut penser avec lui, face à une gauche qui méprise le peuple et prétend penser à sa place. La seconde doit être combattue. La première mérite d’être entendue. L'information est relayée servilement par nombre de médias. Certains médias, comme Le Point, s'emmêlent les pinceaux. En 48h, changement de version : les meneurs des casseurs n'appartiendraient plus à l'ultra droite, mais à l'ultra gauche. Quels indices avaient bien pu servir à étayer l'hypothèse d'une action de l'ultra droite ? Comme l'a établi CheckNews ou encore le 20h de France 2, ce lundi, le gilet jaune dit en réalité "Ave Macron" et son salut est un salut romain, non un salut nazi. Voici, en revanche, quelques indices d'une action de l'ultra gauche, que le gouvernement et la plupart des médias ont eu beaucoup plus de mal à trouver. Il s'agit de clichés publiés sur les réseaux sociaux qui présentent des signes distinctifs de l'extrême gauche. On y voit par exemple des mentions contre les « flics » et les « fachos », un drapeau à l'effigie de Che Guevarra, ou encore le « A » des anarchistes tagué sur des bâtiments dégradés, sur les Champs-Élysées. Les fact-checkers anonymes s'en sont pris au journaliste Jean-Christophe Buisson, qui a relayé cette photo, et qui officie au Figaro Magazine. Aujourd'hui l'allergie infantile représente un vrai problème de santé publique. Or, une étude menée par le CHU de Besançon et l’Inra mettrait en évidence l’intérêt d’une alimentation riche en fromage dès le plus jeune âge. Maïs OGM MON 810 et NK603 : pas d’effets détectés sur la santé et le métabolisme des rats ! L'étude controversée du biologiste Gilles-Eric Séralini (en photo de Une) - qui concluait à une toxicité de certains OGM sur les organismes des rats - vient de faire l'objet d'une contre-étude de l'Inra. Le chiffre d’affaires du groupe Exel sur l’exercice 2017-2018 s’établit à 839,1M€, soit un résultat en retrait de 35,1M€ par rapport à l'exercice précédent. L'activité agricole est la plus impactée. Limacapt : En quoi ce consiste exactement ce dispositif, primé au prochain SIMA ? Juan Branco a mené une longue enquête sur le système Macron qui a permis son accession au pouvoir. Benjamin Griveaux, lorsqu’il était conseiller ministériel, touchait plus de 10 000 euros par mois au cabinet de la “socialiste” Marisol Touraine pour du “conseil politique”. Cela ne suffisant pas, il partît vendre son “influence” à Unibail (“influence”, terme que l’élite utilise pour “corruption”) pour 17 000 euros par mois. “S’assurer que personne au ministère des finances ne propose d’abolir une niche fiscale favorable à l’entreprise.” Ses moyens ? Les réseaux que l’Etat lui avait confié. Attal était, théoriquement, rémunéré pour servir l’Etat, par le ministère de la santé et des affaires sociales. Il avait pour cela voitures de fonction, secrétaires et chefs cuisiniers à disposition. Il mettrait ces moyens au service de son ambition. Ils sont reliés à un bloc de distribution qui préchauffe et filtre l'air neuf. La VMC double flux avec échangeur, encore peu présente (1 à 3 % du marché), devrait se développer. Même principe que pour la VMC Simple flux mais la bouche en cuisine est spécifique car on extrait simultanément l'air vicié et les gaz de combustion de la chaudière gaz. Un thermosiphon se compose d'une chambre de chauffage du fluide, d'une entrée basse et d'un conduit vertical (cheminée) positionné en haut de cette chambre. Le fluide chauffé s'élève et sort de la chambre par la cheminée et aspire alors le fluide froid sortant du conduit bas. Dans certains cas (mineurs), le thermosiphon fonctionne à l'inverse, où la chambre refroidit au lieu de chauffer, ce qui a pour effet de créer l'effet contraire. Le schéma étant alors retourné, la cheminée en bas créant l'aspiration avec la descente du fluide refroidit. Le fluide chaud est alors aspiré. Peut fonctionner en circuit fermé (la plupart des cas où le fluide se trouve être liquide), si il y a une perte de chaleur par le fluide chauffé. Ces passages sous les ors de la République, dans l'ombre des ministres, lui donnent des ailes et des ambitions : le Provençal se rêve un destin national. Mais les éléphants socialistes ne l'entendent pas de cette oreille. Rue de Solférino, on affuble celui qui est devenu vice-président du conseil régional de la région PACA en 2004 puis député des Alpes-de-Haute-Provence en 2012, de sobriquets plus condescendants les uns que les autres. On jalouse sans doute aussi son côté beau gosse et beau parleur. Aussi, lorsqu'en décembre 2015, alors qu'il est tête de liste socialiste de la région PACA et qu'il se prend un soufflet électoral face à Marion Maréchal-Le Pen et Christian Estrosi, tous s'empressent de lui tourner le dos et de l'enterrer. Sauf un, qui est alors ministre de l'Économie et qui, lui aussi, agace et séduit tout le monde à la fois. «Réponds-moi que tu vas bien. Oui ou merde, mais réponds-moi», lui écrit par SMS Emmanuel Macron au lendemain de sa défaite. La suite, on la connaît. Christophe Castaner fait partie des premiers dîners à Bercy, où une toute petite brigade macronienne mijote dans le plus grand secret le menu d'En Marche. Il contribue au lancement du parti, rend sa carte au PS et devient pendant la campagne le porte-parole d'Emmanuel Macron, à qui il déclare vouer une admiration «quasi amoureuse». Nommé secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement et porte-parole du gouvernement en mai 2017, il abandonne cette seconde fonction au profit de celle de délégué général de LREM. Salim Laïbi est très critique envers Michel Onfray. Le 25 juillet 2013, il sort une vidéo contre Michel Onfray intitulée La médiocrité paradoxale d'Onfray ! ] Dedans, il qualifie le philosophe de "BHL du pauvre", de "fatuité incarnée", de "vide sidéral". Il l'accuse d'avoir "un siècle de retard" sur Julius Evola concernant la critique de la psychanalyse, et l'accuse d'avoir "pataugé dans le freudisme" jusqu'à ses 50 ans. Il dit que Michel Onfray "parle avec la bouche en cul de poule" et qu'il fait "du pilpoul". Il critique la philosophie épicurienne d'Onfray. Il l'accuse également d'être sioniste et dit que c'est un oxymore étant donné l'athéisme d'Onfray. En octobre 2018, Jean Robin publie une vidéo dans laquelle il adresse une lettre ouverte à Michel Onfray. Robin dit avoir eu l'idée de faire cette vidéo après avoir rêvé qu'il parlait avec Onfray dans un bus. Maintenant, la technologie est une des épreuves finales du Brevet des Collèges. Elle fait partie de l'épreuve de Sciences et Technologie, avec la Physique-Chimie et les SVT. Ces trois matières constituent une seule épreuve, mais seulement deux seront effectivement proposées le jour de l'examen. En effet, deux matières parmi ces trois tomberont au hasard, il est donc impossible de faire une impasse puisqu'il est impossible de prédire lesquelles tomberont au DNB. School Brevet vous propose donc des fiches de révisions, des annales corrigées, les sujets zéro du Brevet 2018 pour vous aider dans votre préparation de l'examen du Brevet des Collèges 2019, le tout conforme au programme. En cours de technologie vous verrez des notions de design ainsi que des problématiques liées à l'innovation et la créativité. Vous serez aussi amenés à travailler sur les objets techniques. Vous apprendrez aussi tout ce qui est lié à la modélisation et la simulation des objets. Vous découvrirez aussi les base de l'informatique et la programmation. C'est donc un programme bien chargé qui vous attend et qui pourra être évalué au Brevet.

Posté par eengeo à 18:40 - Commentaires [0] - Permalien [#]

23 novembre 2018

La chorégraphie du vin

Depuis que j'ai écrit la première édition de The Wine Bible (2001), j'ai beaucoup réfléchi à cet aspect du grand vin. Pourtant, ce que je suis sur le point de décrire n’a pas de langue convenue. En effet, il n’est pratiquement jamais abordé dans les livres sur le vin. C’est une facette que le grand vin semble posséder - une sorte de cinquième dimension. Pour moi, cette dimension supplémentaire pourrait être considérée comme le caractère chorégraphique d'un vin, c'est-à-dire la manière dont ses flaveurs semblent se mouvoir physiquement et spatialement. Le vin semble-t-il «pousser» ou fleurir dans la bouche? Le vin attaque-t-il presque le palais avec des flaveurs explosives, puis crescendo et disparaît lentement? Le vin bouge-t-il avec de larges coups de pinceau? Ou est-ce précis et pointilliste, comme les minuscules points de certaines peintures impressionnistes? Comme dirait mon ami l'importateur Terry Theise, est-ce que cela ressemble à un massage suédois ou à un shiatsu? Une chose semblerait vraie: les meilleurs vins sont multidimensionnels en bouche. Il existe des longueurs d'onde de saveur, force, volume et vitesse. Dans mon expérience, quand la cinquième dimension d’un vin est envoûtante, vous êtes au milieu d’un grand vin. La connectivité est peut-être le plus insaisissable de ces concepts et la qualité la plus difficile à déterminer. C’est le sens que vous donnez à l’arôme et à l’arôme du vin que c’est l’incarnation d’un lieu particulier. La connectivité est le lien entre un vin et la terre dans laquelle il est né. La connectivité, à l'instar de l'identité culturelle, fait la différence et rend donc digne d'appréciation. Par exemple, il était naturellement satisfaisant de constater qu’il n’ya pas si longtemps, les Français portaient encore un béret, que l’on ne trouvait que de l’huile d’olive (pas du beurre) dans le sud de l’Italie, lorsque des enfants espagnols recevaient du pain trempé de vin saupoudré de sucre une collation. Chacune de ces choses, si petites soient-elles, a révélé les liens entre les gens, leurs cultures et leurs foyers. Un vin sans lien avec le sol dont il est issu peut être de bonne qualité, mais, à la manière d’une chaîne hôtelière à Rome, il existe une limite à la profondeur de son appréciation esthétique. La connectivité, bien que difficile à décrire, est facile à trouver. Essayez une côte-rôtie (syrah) du nord du Rhône, avec ses saveurs presque sauvages de poivre et de gibier, ou un riesling aux reflets chatoyants de la région de la Moselle en Allemagne. Ni l'un ni l'autre de ces vins ne peuvent provenir de nulle part ailleurs. Plus d'information sur cette activité de cours d'oenologie à Le Mans en surfant sur le site internet de l'organisateur.

vin (22)

Posté par eengeo à 10:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]


12 novembre 2018

Folie nucléaire de Trump

L’administration Trump a informé la Russie de son intention de se retirer du Traité de 1987 sur les forces nucléaires de portée intermédiaire. Cela a des raisons, car la Russie triche. Et le traité est un problème d’une autre manière: dans sa version actuelle, il lie les États-Unis à sa réaction face aux programmes de missiles de la Chine. Mais abandonner simplement l’accord n’est pas la meilleure façon de procéder. L’inquiétude suscitée par l’INF, dans laquelle les États-Unis et l’Union soviétique se sont engagés à éliminer les missiles lancés au sol dont la portée est comprise entre 500 et 5 500 kilomètres, n’est pas nouvelle. L'administration Obama a accusé la Russie de l'avoir violée en 2014 en testant un missile de croisière interdit. L'année dernière, l'administration Trump a accusé la Russie de déployer l'arme. Si une partie renie un traité, l’autre n’a aucune obligation de rester liée. Mais abandonner le traité sans une préparation diplomatique minutieuse n’est pas judicieux. Les États-Unis devraient d’abord essayer d’obtenir que la Russie se conforme - et introduise également la Chine. Il y a peut-être peu d'espoir de succès dans les deux cas, mais faire l'effort, et être perçu pour le faire, est une nécessité stratégique. Si les États-Unis mettaient au point de nouveaux missiles terrestres à portée moyenne, ce qui, d’ailleurs, exigeraient un financement important, ils auraient besoin d’alliés pour les déployer. Quoi qu'il en soit, il serait difficile de persuader les partenaires européens de coopérer, mais si Trump était perçu comme le destructeur d'un traité phare sur le contrôle des armements, ce serait presque impossible. Donner une dernière chance à la Russie de se conformer à ses engagements, tout en laissant au monde la certitude qu'il a triché, améliorera les chances de réussite. L’état de préparation n’entraînera aucun coût, car la recherche-développement conforme aux traités pour une nouvelle arme pourrait progresser malgré tout. Le dirigeant russe Vladimir Poutine a déclaré vouloir étendre le nouveau traité START sur les armes nucléaires qui doit expirer en 2021. Les pourparlers sur les deux traités pourraient se dérouler main dans la main. Un calcul similaire s'applique à la Chine. Un jour, les États-Unis pourraient juger utile de positionner des armes à portée moyenne basées sur des armes conventionnelles et basées à terre afin de contrer la menace posée par les déploiements de la Chine. Le traité INF, qui s'applique à la fois aux missiles terrestres nucléaires et conventionnels, exclut cette possibilité. Mais si les États-Unis abandonnaient le traité, ils auraient toujours besoin d’alliés prêts à aider à déployer les armes. Un effort sincère et visible maintenant visant à intégrer la Chine à un régime de contrôle des armements fondé sur la coopération faciliterait l'obtention de ce soutien ultérieurement. Pas pour la première fois, Trump définit la valeur des alliés américains à zéro. C’est la plus dangereuse de ses nombreuses erreurs. Les États-Unis avaient besoin d’alliés pour gagner la première guerre froide, et ils auront besoin d’eux pour triompher dans les années à venir. Une administration prévoyante ne s’éloignerait pas de la FNI comme si les alliés ne comptaient pas.

Posté par eengeo à 08:31 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 septembre 2018

Les odeurs et la mémoire

Des odeurs peuvent rappeler des souvenirs puissants et vifs. Un parfum particulier peut apporter une ruée de souvenirs vifs. Un parfum particulier peut vous rappeler un partenaire ou une relation amoureuse. Une bouffée de tabac à pipe ou un parfum oublié de longue date peut instantanément faire apparaître des scènes et des émotions du passé. Tout comme l'odeur des biscuits de cuisson pourrait ramener des souvenirs d'enfance de la maison de votre grand-mère. Le sens de l'odorat est un déclencheur de mémoire très puissant. Cela s'explique en partie par la localisation du nerf olfactif, la partie du cerveau qui joue un rôle dans le sens de l'odorat. Il est très proche de la zone du cerveau connectée à la mémoire. Il est également proche de la partie du cerveau associée aux émotions et à la mémoire émotionnelle. La mémoire est étroitement liée à notre capacité à sentir. Pour que nous puissions identifier un certain parfum, nous devons nous rappeler quand nous l’avons déjà senti. Ensuite, nous pouvons le connecter aux informations visuelles qui se sont produites simultanément. Certaines recherches ont montré que l'étude en présence d'une odeur peut réellement vous aider à vous souvenir des informations avec plus de vivacité et d'intensité lorsque vous sentez à nouveau cette odeur. Les mères reconnaissent leurs bébés par leur odeur et les bébés reconnaissent leur mère de la même manière. Nous pouvons reconnaître les rues et les magasins par leur odeur, même si, en tant qu'êtres humains, nos vies ne sont pas régies par l'odeur. Nous "voyons" le monde à travers nos yeux et nos oreilles et avons tendance à négliger notre sens de l'odorat. Nous ne faisons souvent pas attention à ce que notre nez nous dit. Les animaux, quant à eux, utilisent leur odorat comme moyen de localiser la nourriture, de reconnaître un territoire, d'identifier des parents ou de trouver un moyen de rentrer chez eux. Notre odorat joue également un rôle important lorsque nous mangeons. La plupart de la saveur de notre nourriture provient de l'arôme. L'odeur souffle nos narines vers les cellules du nez. Il atteint également ces cellules par l'arrière de la bouche. Si notre odorat ne fonctionne pas correctement, comme lorsque nous avons un rhume, la plupart des aliments que nous mangeons semblent fades et sans saveur. Des études ont montré que la personne moyenne peut reconnaître jusqu'à 10 000 odeurs différentes. Peu importe où nous allons dans notre vie quotidienne, nous sommes entourés de différentes odeurs, telles que des arbres, des fleurs, de la nourriture, des animaux ou d’autres êtres humains. Pourtant, parce que nous avons négligé notre odorat, lorsque nous voulons décrire ces odeurs à quelqu'un, nous utilisons souvent quelque chose comme "ça sent la rose" ou "ça sent bon" ou "ça sent la sueur". La plupart des gens n'ont pas acquis un vocabulaire approprié pour décrire comment quelque chose sent à quelqu'un qui ne l'a jamais senti auparavant. Cela rend presque impossible d'expliquer comment quelque chose sent. Davantage d'information sur cette création de parfum à Grasse en suivant le lien.

Posté par eengeo à 09:15 - Commentaires [0] - Permalien [#]

30 août 2018

L’intégration de profils scientifiques au sein des forces de sécurité

En matière de recrutement et d’une manière générale, la police nationale et la gendarmerie nationale orientent leurs besoins vers des généralistes. Ces forces sont en effet organisées afin de pouvoir intervenir en tout lieu et en tout temps ; les apports de profils scientifiques ou spécialisés restent une exception. Progressivement, les spécialistes en nouvelles technologies, les investigateurs numériques, les primo-intervenants techniques, les cyber-enquêteurs, les référents sureté ou intelligence économique, … ont vu leurs effectifs croitre sensiblement. Qu’ils soient en unités spécialisées, relais ou intégrés à des équipes mixtes, leur positionnement correspond à la satisfaction d’un besoin. Pourtant, les freins à l’employabilité sont réels. L’acquisition d’une expertise prend du temps, suppose une démarche prospective en matière de ressources humaines, conditionnée notamment par l’usage d’outils adaptés et d’une politique volontariste dans ce domaine. Ces profils, pour certains à haute technicité, sont également très recherchés par les entreprises privées qui proposent des rémunérations supérieures à celles offertes par l’administration. La tâche semble donc complexe pour la police et la gendarmerie. La DGSI s’est engagée depuis quelques années dans l’élaboration d’un plan stratégique de recrutement et n’hésite pas à partir à la chasse aux talents via une recherche active, y compris en sortie des Grandes Ecoles. Pour cela, la direction sait devenir concurrentielle en matière d’émoluments. En dépit de quelques expériences positives, la capacité de la police et de la gendarmerie à effectuer les changements RH nécessaires pour qu’elles disposent des moyens de leurs objectifs demeure un sujet particulièrement aigu. Il persiste de nombreux freins structurels qui, combinés à une timide gestion prévisionnelle des emplois et des compétences, ne prédisposent ni la gendarmerie, ni la police à constituer de réelles opportunités de carrières pour nos jeunes talents.

Posté par eengeo à 13:27 - Commentaires [0] - Permalien [#]

13 juin 2018

Un avion, avec ou sans pilote

Le 20 septembre, un système d'aéronef sans pilote RQ-4A Global Hawk du Commandement de l'Air de la 9e Escadre de reconnaissance de la base aérienne de Beale a traversé l'Atlantique avec l'aide de représentants de la Marine. Le vol de la station aéronavale de Patuxent River à l'Asie du Sud-Ouest a duré 19 heures. Les fonctionnaires de la Force aérienne et de la Marine ont travaillé côte à côte afin de gagner du temps et des ressources. L'aviateur de 1ère classe, Matthew Milles, spécialiste de l'avionique, a déclaré: «La Marine dispose de tous les approvisionnements dont nous disposons, en plus d'un soutien contractuel. C'est beaucoup plus facile que d'aller dans un endroit éloigné. Travailler main dans la main avec la Navy déplace l'avion plus rapidement vers l'emplacement déployé. " Aller vers l'Est a sa propre signification et montre également que l'Armée de l'Air s'engage à fournir une vigilance, une portée et une puissance mondiales à l'avenir en explorant de nouvelles options. En allant dans cette direction, nous sommes en mesure d'éliminer beaucoup d'arrêts différents dans de nombreux domaines différents », a déclaré le colonel George Zaniewski, chef de la Division du renseignement, de la surveillance et de la reconnaissance de l'ACC. Dans l'ensemble, cela facilite considérablement la tâche de l'aéronef dans la zone de responsabilité et, plus important encore, cela nous permet de travailler avec la Marine, qui fera de plus en plus dans l'environnement Global Hawk. Spécifiquement pour le Global Hawk, nous devenons de plus en plus dans les environnements maritimes, nous allons donc être en mesure de travailler avec la Marine beaucoup plus que nous n'avons jamais eu. " Le vol transatlantique du Global Hawk n'est que le début d'une relation accrue entre l'Armée de l'Air et la Marine. C'est également un pas vers l'initiative du chef de cabinet visant à augmenter la capacité du système d'aéronef sans pilote pour le vol conjoint. Le colonel Zaniewski a ajouté: «Ce que j'espère pour l'avenir, c'est que cela devienne un moyen commun ... que nous travaillions avec tous nos services frères, où nous pouvons rationaliser à la fois le processus d'acquisition, mais aussi le processus opérationnel. Travailler avec un autre service n'est peut-être pas toujours facile, mais la mission NAS de Patuxent River a été un gagnant-gagnant tant pour la Force aérienne que pour la Marine. Il y a un langage un peu différent, un processus différent, mais dans l'ensemble, nous sommes toujours dans la même cellule », a déclaré le Lieutenant de vaisseau Cmdr. John Tracey, officier de projet de Naval Global Hawk. Nous sommes en quelque sorte le petit frère de la communauté Global Hawk, donc c'est bien de travailler avec tout le monde. " A lire sur le site du vol en simulateur.

Posté par eengeo à 16:28 - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 juin 2018

Inde : des relations difficiles avec le Pakistan

Le Pakistan constitue pour l’Inde une gêne permanente qui l’empêche de réaliser pleinement ses projets régionaux et dans une moindre mesure mondiaux. À défaut de pouvoir la menacer, il maintient son pouvoir de nuisance au Cachemire en aidant les mouvements séparatistes et même dans le reste de l’Inde, affirment de nombreux commentateurs, notamment dans le Nord-Est, par l’intermédiaire du Bangladesh où l’extrémisme islamiste progresse. En fait, l’Inde accuse le Pakistan de laisser des mouvements extrémistes islamiques fomenter des attentats sur l’ensemble de son territoire ou de les organiser lui-même par l’intermédiaire de son principal service de renseignement, le Directorate of Inter-Services Intelligence (DISI), plus connu sous le simple signe ISI. De son côté, le Pakistan affirme dans les instances internationales que l’Inde viole les droits de l’Homme, au Cachemire tout particulièrement. Il dénonce aussi l’aide qu’elle apporterait aux mouvements de rébellion, notamment au Balouchistan. Les deux pays continuent de s’accuser mutuellement. La coordination des secours pour venir en aide aux populations victimes du séisme du 8 octobre 2005 dans la partie du Cachemire administrée par le Pakistan a montré les limites d’un rapprochement. Certes, le cessez-le-feu, déclaré le 25 novembre 2003, est maintenu sur la ligne de contrôle que l’Inde considère comme sacro-sainte. En réalité des accrochages se produisent de temps à autre de part et d’autre de cette ligne et les deux belligérants s’accusent mutuellement. Aucun progrès n’apparaît dans le règlement du conflit du Cachemire où des attentats se produisent encore régulièrement dans la partie indienne. Aucun progrès non plus n’est enregistré en ce qui concerne la question spécifique du glacier du Siachen.

Posté par eengeo à 12:34 - Commentaires [0] - Permalien [#]